Arnaud et le confinement

Le confinement et moi

Déjà 163h passées à télétravailler pendant ce confinement… et c’est pas fini ! C’est plus que toutes les heures de télétravail que j’ai pu accumuler depuis que j’ai commencé à travailler… à savoir aucunes ! Tout le monde n’a pas la chance de travailler à distance, je me sens donc un peu privilégié.

Cette situation de confinement est à la fois étrange et familière en ce qui me concerne. Avec cet éloignement forcé d’avec tout le monde (quel calme !), mon côté casanier reprend gentiment mais sûrement le dessus… Pour certains c’est peut-être difficile, voire l’ « enfer », mais pour moi c’est plutôt un retour aux sources… ou presque. Cela me rappelle un peu l’époque où je passais la majeure partie de mes journées à l’intérieur, derrière un ordinateur ou une guitare (où d’autre ?), alors qu’on tentait de me faire sortir sans grand succès. Depuis, heureusement et surtout grâce à ma moitié, je daigne mettre le nez dehors… et j’apprécie ! Donc, être confinés, OK… mais à deux c’est quand même mieux ! Surtout quand on a un jardin et que ce soleil semble nous narguer depuis le début du confinement !

Pour ce qui est de travailler à distance, j’ai déjà un peu l’habitude. Que ce soit dans mes études, mon job précédent (mon boss était alors en chine, vive le décalage horaire !) ou encore récemment alors que mon collègue travaillait déjà depuis son domicile bien avant le confinement (là aussi, tiens, je note un léger décalage horaire ). Le plus important c’est de conserver une routine bien établie et de garder un contact régulier, que ce soit avec les collègues ou les clients. Je dois dire qu’on se débrouille plutôt pas mal il me semble. Cela a aussi, il faut l’avouer, pas mal d’avantages : passer du travail à la maison en un rien de temps ; meilleure concentration ; horaires flexibles… heu, pas plus ni moins que d’habitude en fait !

C’est quand même un peu ironique quand on sait qu’on était sur le point d’entrer dans de nouveaux bureaux plus grands qui sont bien vides du coup. Heureusement, notre cher patron (et sa petite famille) se décarcasse comme toujours pour que la transition se fasse tout en douceur tout en nous tenant au courant de l’avancement du déménagement. Je ne serai pas mécontent de troquer mes tables de camping et ma chaise de bureau Ikea en plastoque pour ce nouveau bureau stable et une chaise digne de ce nom. Sans parler de retrouver les collègues. Oui, oui, tout le monde, même celui d’en face, là ! Ha oui… j’ai perdu au fait !

Mais ça c’est pas encore demain alors prenez soin de vous et n’oublions pas de dire merci à tous ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir télétravailler mais qui travaille quand même !

Bon, c’est pas tout ça mais c’est l’heure de l’apéro ! A plus !